Le concombre

Alimentation
Le concombre

Rien de tel que le concombre pour vous rafraîchir et vous hydrater pendant l’été. Ce légume gorgé d’eau et de nutriments appartient à la grande famille des cucurbitacées, qui regroupe courges, melons, courgettes et autres pastèques. Le concombre est originaire d’Inde mais a été introduit en France dès le IXème siècle : Charlemagne en raffolait déjà ! Il est disponible sur les étals pendant tout le printemps et l’été, d’avril à octobre.

Information nutritionnelle

Le concombre est composé principalement d’eau (à 96%), mais il est également riche en Vitamines C et K, connues pour leurs vertus antioxydantes. La consommation régulière de composés phénoliques flavonoïdes (1) comme ceux contenus dans le concombre permet de limiter la prolifération de radicaux libres (2) nocifs pour l’organisme (3). Ce type d’antioxydant anti-inflammatoire favorise aussi l’élimination du “mauvais” cholestérol des vaisseaux sanguins et permet de lutter contre les maladies impliquées par le vieillissement des cellules (4). Le concombre est également concentré en lignanes (5), molécule dont la communauté scientifique soupçonne fortement les vertus bénéfiques contre certains types de cancers, comme le cancer du sein ou de la prostate. (6) Enfin, le concombre est tout comme la plupart des autres fruits et légumes, très riche en fibres insolubles protectrices pour votre transit intestinal, mais aussi pour votre système cardiovasculaire (7).  

Comment choisir et déguster le concombre

Dans la mesure de vos possibilités, choisissez un concombre issu de l’agriculture biologique. En effet, les pesticides ont tendance à se loger dans la peau du concombre, qui concentre presque l’intégralité des nutriments du légume.

N’hésitez pas d’ailleurs à ne le peler que partiellement avant de le déguster cru. Les recettes de concombre se déclinent à l’infini : à votre créativité ! Le concombre est le légume parfait des apéritifs d’été. Il est parfait servi en bâtonnets avec une pointe de sel et de la sauce au yaourt, à la menthe et au persil. La recette du tzatzíki, spécialité grecque, est quant à elle idéale pour tartiner des toasts. Le concombre saura donner de la fraîcheur à vos salades d’été, accompagné de feta, d’avocat, de petits oignons et de tomates, et parfois même de fraises. La soupe froide de concombre et de menthe constitue aussi une bonne alternative pour un repas léger et plein de fraîcheur. N'hésitez pas à aromatiser vos boissons de tranches de concombre : l'eau au concombre et au citron est un véritable élixir de jouvence hydratant, peu calorique et très savoureux. Vous pouvez aussi utiliser de fines lamelles de concombre dans une recette de carpaccio, avec du saumon et des courgettes crues. Régalez-vous !

Sources : Passeportsanté ; whfoods ; interfel.
Références : (1) Singh UP, Singh DP, et al. Characterization of phenolic compounds in some Indian mango cultivars. Int J Food Sci Nutr 2004 March;55(2):163-9. (2) Willcox JK, Ash SL, Catignani GL. Antioxidants and prevention of chronic disease. Crit Rev Food Sci Nutr 2004;44(4):275-95. (3) Milder IEJ, Arts ICW, van de Putte B et al. Lignan contents of Dutch plant foods: a database including lariciresinol, pinoresinol, secoisolariciresinol and matairesinol. Br J Nutr 2005, 93:393-402. 2005. (4) Nema NK, Maity N, Sarkar B et al. Cucumis sativus fruit-potential antioxidant, anti-hyaluronidase, and anti-elastase agent. Arch Dermatol Res. 2011 May;303(4):247-52. Epub 2010 Dec 14. 2011. (5) Abu-Reidah, I. M., Arráez-Román, D., Quirantes-Piné, R., Fernández-Arroyo, S., Segura-Carretero, A., & Fernández-Gutiérrez, A. (2012). HPLC–ESI-Q-TOF-MS for a comprehensive characterization of bioactive phenolic compounds in cucumber whole fruit extract. Food Research International, 46(1), 108-117. (6) Adlercreutz, H. (1984). Does fiber-rich food containing animal lignan precursors protect against both colon and breast cancer? An extension of the “fiber hypothesis”. Gastroenterology, 86(4), 761-764. (7) Coats AJ. The potential role of soluble fibre in the treatment of hypercholesterolaemia. Postgrad Med J 1998 July;74(873):391-4.
Ces articles peuvent vous intéresser