Un lien entre obésité et stress

Nutriments
Un lien entre obésité et stress

En utilisant les cheveux pour mesurer les taux à long terme de l'hormone du stress, le cortisol, des chercheurs britanniques confirment un lien entre stress chronique et prise de poids, ainsi qu'avec la difficulté à combattre l'excès de poids.
Les précédentes recherches avaient permis de constater que des taux élevés de cortisol dans le sang, l’urine ou la salive étaient associés à l'obésité. Cependant, ces mesures peuvent varier en fonction de facteurs tels que le moment de la journée et elles ne rendent pas compte des niveaux de stress à long terme, fait remarquer l'équipe de l'étude dans le Journal of Obesity.

« Lorsque les gens sont confrontés à une situation stressante, une réaction en chaîne est déclenchée dans l'organisme et celle-ci se traduit par la libération de cortisol, ce qui engendre des taux plus élevés de cette hormone dans le corps », a déclaré l'auteure principale de l'étude, Sarah Jackson, de l'University College London. « Le cortisol est impliqué dans une grande variété de processus biologiques, y compris le métabolisme, la composition corporelle et l'accumulation de graisse corporelle », a-t-elle indiqué. « Lorsque nous sommes stressés, nous pouvons également avoir plus de difficulté à trouver la motivation pour aller courir ou à résister à des aliments malsains ».

Le stress, comment ça marche ?

Le stress déclenche des alarmes dans le cerveau qui indiquent au système nerveux de libérer des hormones afin d'aiguiser les sens, tendre les muscles, accélérer le pouls et respirer plus profondément. Communément appelée « fuite » ou « préparation à la fuite », cette réaction biologique nous aide à nous défendre dans des situations menaçantes. Des situations stressantes isolées ou temporaires peuvent être innoffensives, mais une exposition régulière au stress peut conduire à des problèmes du système immunitaire, des maladies cardiaques, des complications du système nerveux et des troubles de la santé mentale, en plus de l'obésité.

À propos de l’étude

Pour l'étude, les chercheurs ont examiné les données recueillies auprès d'hommes et de femmes âgés de 54 ans et plus, prenant part à l'English Longitudinal Study of Ageing. Depuis 2002, les participants ont subi des tests tous les deux ans et au cours de la sixième vague de l'étude, ils ont fourni un échantillon de cheveux.

L'équipe de l'étude a testé les taux de cortisol qui se sont accumulés dans les cheveux au fil du temps, chez 2527 hommes et femmes, et elle a constaté que les participants présentant plus de cortisol dans leurs cheveux étaient également plus susceptibles d'être obèses ou d'avoir un excès de graisse abdominale. Les chercheurs ont examiné les taux de cortisol dans les deux centimètres de cheveux les plus proches du cuir chevelu, ce qui représente généralement environ deux mois de croissance. Ils ont également examiné le poids, le tour de taille et l'indice de masse corporelle (IMC), une mesure du poids par rapport à la taille.

L'étude a démontré que les participants considérés comme obèses d'après leur IMC ou leur tour taille avaient des taux particulièrement élevés de cortisol capillaire. En analysant des données de poids et de graisse corporelle provenant d'évaluations menées au cours des quatre années avant la prise d'échantillons de cheveux, les chercheurs ont également constaté que l'obésité avait tendance à persister au fil du temps pour les personnes présentant les taux de cortisol les plus élevés.

L'étude n'était pas une expérience contrôlée conçue dans le but de prouver de quelle façon le stress affecte directement les niveaux de cortisol ou le gain de poids. Parmi les autres limitations, mentionnons la typologie de la population étudiée constituée principalement d’adultes blancs et relativement âgés, ce qui signifie que les résultats peuvent être différents sur une population plus jeune et constituée de groupes ethniques plus variés, notent les auteurs.

Stress et surpoids, aller plus loin

« Même ainsi, les résultats s'ajoutent au nombre croissant de preuves qui associent le stress à l'obésité », a déclaré le Dr Susan Fried, de l'Icahn School of Medicine au Mont Sinaï à New York. Cependant, en considérant les résultats de l'étude, aucune solution réelle n'est donnée pour permettre aux gens d'éliminer l'excès de poids. « Je ne pense pas qu'il existe des preuves solides ou des études uniformes qui indiquent que la réduction du stress lui-même provoque la perte de poids », a déclaré Fried. " Il existe une série de preuves qui indiquent que le sommeil est très important ; les gens mangent trop lorsqu'ils ne se sont pas suffisamment reposés ".

Les résultats suggèrent que les gens peuvent avoir besoin de considérer une approche holistique pour la perte de poids qui va au-delà de l'alimentation et de l'exercice, afin de considérer des facteurs comme le stress, a déclaré le Dr David Katz, directeur du Yale University Prevention Research Center à New Haven, dans le Connecticut. « Vous pourriez penser qu'il vous faut améliorer votre alimentation, ou faire plus d'exercice, et c'est vrai », a indiqué David Katz, qui n'a pas été impliqué dans l'étude. « Mais pour vous, la priorité absolue pourrait être de mieux gérer le stress afin d'être plus susceptible d'effectuer ces choses, et de réduire la réponse hormonale qui fait obstacle au contrôle du poids ».

 

Ces articles peuvent vous intéresser