Comment garder une peau impeccable? | Laboratoire Synergia

Comment garder une peau impeccable?

C’est toujours la même chose: il suffit que vous ayez un rendez-vous important pour que vous vous réveilliez défigurée par une vilaine pustule, une éruption de boutons ou des plaques rouges.

Teint gris et rides précoces que l’on découvre devant la glace n’en sont pas moins rageants.

Comment faire pour prévenir ces désagréments et préserver une belle peau?

Le vieillissement de la peau

Vous avez remarqué comme la peau des femmes habitant en ville est souvent plus précocement marquée que celles des femmes vivant à la campagne?

Stress, pollution mais aussi tabac ont une action particulièrement délétère en ce qui concerne la santé de la peau. Exposée à ces facteurs externes, elle tend à vieillir prématurément et cela se traduit par un épaississement et un relâchement cutané ainsi que par l’apparition de rides profondes.

Celles qui travaillent au grand air ou s’exposent beaucoup au soleil ne sont pas épargnées: on parle même d’héliodermie ou de photovieillissement pour le vieillissement induit par une importante exposition aux ultraviolets (UVA tout particulièrement) qui contribuent à un excès de radicaux libres qui génèrent un stress oxydatif.   

Des facteurs internes entrent également en jeu: phénotypes individuels, troubles hormonaux, déficits en micronutriments - et ainsi, bien sûr, plus largement alimentation.

Outre l’arrêt du tabac et la diminution de l’exposition aux agents polluants ainsi qu’aux ultra-violets, c’est précisément sur la correction des déficits nutritionnels et sur l’équilibre alimentaire que vous pouvez miser pour garder une peau fine et souple plus longtemps.  

Nutrition et vieillissement cutané

La première mesure à adopter est de faire le plein d’antioxydants qui luttent contre les radicaux libres - responsables du vieillissement cutané.

Pour se faire, consommez des fruits et des légumes à chaque repas en variant les couleurs. Préférez des cuissons douces afin de ne pas dénaturer ces précieux micronutriments.

Pensez notamment aux tomates cuites avec la peau, riches en lycopène, aux carottes, melons, épinards ou aux abricots, riches en béta-carotène et aux légumes à feuilles vertes, riches en lutéine.

Si vous avez du mal à intégrer un régime riche en végétaux ou que vous êtes tout particulièrement exposée parce que fumeuse, vivant en ville et/ou vous exposant régulièrement au soleil, il est recommandé de vous supplémenter en antioxydants et tout particulièrement en Vitamine C, de Vitamine E et Sélénium ainsi qu’en Zinc.

Attention, certains compléments alimentaires peuvent présenter des effets indésirables. Ainsi, si vous fumez, méfiez-vous des surdosages en bêta-carotène qui augmentent le risque de cancer du poumon.

Veillez ensuite à maintenir une bonne hydratation: buvez 1,5 à 2 litres d’eau par jour (davantage en période de forte chaleur) et mettez de côté alcool et café qui tendent à déshydrater.

Cette bonne hydratation passe aussi par une alimentation riche en oméga-3 qui, de surcroît, permettent aussi de lutter contre le stress oxydatif. Ainsi, consommez régulièrement des poissons gras et semi-gras, de l’huile de colza ou de lin (cru) ainsi que des oléagineux (noix, amandes, noisettes, graines de chia…).

Il est rare que notre alimentation nous apporte suffisamment d’Oméga-3, à fortiori quand on n’aime pas le poisson ou que l’on est végétarien ou végétalien. En ce cas, une supplémentation est intéressante. Les compléments associant huile d’onagre et huile de poisson s’avèrent tout particulièrement pertinents pour prévenir le vieillissement cutané.

Veillez également à avoir de bons apports en vitamine B qui permettent de maintenir une bonne hydratation. Au menu: foie, viande, jaune d’œuf, champignons, légumineuses et céréales complètes.

Enfin, la vitamine A permet de conserver une bonne élasticité cutanée. On la trouve dans les œufs, les produits laitiers, le foie ou beurre.

Dans certains cas, un déséquilibre du microbiote intestinal peut contribuer à favoriser un vieillissement prématuré de la peau. En ce cas, il est recommandé de “remettre” les choses à plat en faisant une cure associant L-Glutamine et probiotiques afin de restaurer l’équilibre ainsi que l’absorption intestinale ce qui permettra aux compléments alimentaires d’être mieux assimilés.

L’acné

Si 80% des adolescents souffrent de problèmes d’acné, les adultes ne sont pas épargnés: 20% d’entre eux souffre, en effet, d’acné tardive et il s’agit, pour une majorité de femmes.

Les boutons, dus une augmentation de la production de sébum et une augmentation du volume des glandes sébacées, apparaissent de manière privilégiée sur les parties basses des joues, sur le front ainsi que sur le décolleté et le dos.

En cause:

  • Le stress
  • La pollution
  • Des erreurs de choix cosmétiques (produits décapants, maquillage trop couvrant...) ou le recours trop fréquent aux masques et aux gommages.
  • Les fluctuations hormonales (période prémenstruelle, grossesse, prise de contraceptifs oraux, périménopause et ménopause…)
  • La malbouffe et tout particulièrement une alimentation riche en sucres rapides qui affecte la résistance à l’insuline.

Les bonnes habitudes contre l’acné

Si vous êtes sujette à l’acné, prenez garde au maquillage et autres produits cosmétiques que vous achetez, ils sont souvent, en partie, responsables des crises.

Optez pour des produits de maquillage minéral d’origine non synthétique et proscrivez les nettoyages agressifs aux profits des hydrolats et des produits lavants doux.

Lorsque le bouton est là, surtout évitez de le tripoter! Vous risqueriez d’aggraver les choses et de vous retrouver avec une vilaine cicatrice.

Appliquez localement de l’huile essentielle de Tea tree et faire une cure de bardane en suspension de plantes fraîches. Cette plante aux fleurs qui ressemblent à des chardons est, en effet, reconnue pour lutter de manière efficace contre l’acné - tout particulièrement lorsqu’elle est d'origine hormonale.

Ses propriétés astringentes, antiseptiques, dépuratives et apaisantes contribuent à faire disparaître les boutons disgracieux en quelques jours et à prévenir leur réapparition en évitant les excès de sébum.  

La nutrition contre l’acné

La lutte contre l’acné se joue aussi (et même surtout) dans l’assiette.

Le fait que l’acné ait une origine alimentaire est de plus en plus admis par les dermatologues. On l’a dit, la malbouffe est souvent en cause.

Il convient avant tout d’être vigilant à l’index glycémique des aliments. Proscrivez les produits céréaliers transformés, la pomme de terre sous quasiment toutes ses formes (frites, chips, purée), les sucreries et les sodas. Tous ces aliments à index glycémique élevé tendant à augmenter la glycémie et à diminuer la résistance à l’insuline, ce qui a pour effet de favoriser l’apparition d’acné.

Vous privilégierez les légumes et les fruits frais, les céréales complètes ainsi que la patate douce et les boissons non sucrées.

Les produits laitiers sont également souvent incriminés. Des études ont montré que la consommation de lait après la puberté, même un verre par jour, fait grossir les glandes sébacées, qui vont ainsi produire un surplus de sébum, induisant alors des poussées d’acné. Soyez donc vigilants aux produits contenant du lactose - notez que pour le plaisir vous pouvez continuer de consommer de temps en temps des fromages à pâte dure ou mi-dure qui n’en contiennent pas.

Certaines études ont pu également mettre en évidence une corrélation entre consommation excessive de vitamine B12 contenue dans les produits animaux. En cas de crise, il peut-être intéressant d’adopter, au moins pour un temps, un régime végétarien afin de limiter ces apports.

Au quotidien, le régime méditerranéen avec un tendance flexitarienne semble être une bonne habitude à adopter.

Les compléments alimentaires contre l’acné

En parallèle à une alimentation plus saine, des compléments alimentaires peuvent être très utiles et ont su montrer leur efficacité.

  • Les probiotiques. Plus on découvre les mystères du microbiote intestinal, plus on se rend compte que ses déséquilibres peuvent induire des déséquilibres de tous nos organes -pas seulement digestifs, et la peau est l’un d’entre eux. La souche Lactobacillus rhamnosus a pu notamment montrer son intérêt pour améliorer la physiologie de la peau car il a la faculté de normaliser l’expression cutanée de certains gènes impliqués dans la signalisation de l’insuline(1).
  • Les isoflavones de soja. Ces phytoestrogènes qui peuvent se comporter comme des antiandrogènes, en inhibant notamment une enzyme, la 5-alpha-réductase dont le rôle est transformer la testostérone en dihydrotestostérone (DHT). Or des taux élevés de DTH peuvent être responsables, notamment à la ménopause, de poussées d’acnée. Des études ont ainsi pu mettre en évidence l’efficacité d’une supplémentation en isoflavones de soja pour prévenir et diminuer l’acné(2).
  • Les extraits de thé vert. Les polyphénols, anti-inflammatoires et antioxydants contenus dans le thé vert, ont pu montrer leur efficacité pour améliorer les lésions d’acné(3), tout particulièrement sur le nez, autour de la bouche et sur le menton.

L’eczéma

L’eczéma ou dermatite atopique est une maladie inflammatoire de la peau dont les symptômes sont:

  • Des plaques rouges irritées
  • des croûtes de peaux sèches ainsi que des squames à des endroits localisés du corps (selon le type d'eczéma).
  • Des démangeaisons.
  • Des petites vésicules.       
  • Une peau qui, à terme, devient plus épaisse, plus sèche, perd sa pilosité et change de pigmentation.

Cette affection est courante chez les enfants et disparaît souvent à l’adolescence. Mais, il arrive qu’elle subsiste à l’âge adulte et soit la source de complexes, si elle ne constitue pas un réel handicap.

Les causes de l'eczéma chronique sont encore méconnues mais il semble qu’il apparaisse dans des contextes allergiques et pro-inflammatoires.

Alors que les personnes atteintes ne peuvent souvent que soulager temporairement les symptômes, il semblerait qu’un régime alimentaire adapté ainsi que le recours à certains compléments alimentaires puisse les soulager de manière plus durable.

L’alimentation anti-eczéma

Des études ont pu montrer l’impact de l’alimentation sur l'eczéma et l’on sait que l’alimentation occidentale, adepte du fast food, tend à augmenter les symptômes.

Vous gagnerez à vous orienter vers un régime hypotoxique de type Seignalet qui a fait ses preuves pour soulager allergies et maladies auto-immunes.

Les bases sont assez simples:

  • Les céréales contenant du gluten sont à exclure (il s’agit du  blé et de ses produits dérivés, de l’avoine, de l’orge, du seigle, le kamut, le millet, le boulgour, le couscous de blé ne sont pas autorisés) . Vous leur préférez le sarrasin, le quinoa, le riz ou encore le fonio.  
  • Les produits laitiers sont également à exclure, quelle qu’en soit leur forme
  • Les produits industriels, bourrés d’additifs, ainsi que le sucre blanc sont à bannir.
  • Les fruits et les légumes sont à consommer sans modération en privilégiant les cuissons douces et le cru. Les légumineuses sont également à privilégier
  • La viande et la poisson sont également à savourer cru (carpaccios, sashimis…) ou cuits en optant pour des cuissons douces à basses températures. Évitez les cuissons au four, les barbecues et les fritures.
  • Toutes les huiles de première pression à froid sont autorisées. Veillez tout de même à vérifier l’équilibre oméga 3/6 de votre consommation d'huiles et à ne pas les faire cuire pour ne pas le dénaturer.

Les effets ne sont pas immédiats et il faut savoir être patient. Mais, au bout de 3 mois, les premières améliorations pourront se faire sentir.

Les compléments alimentaires contre l’eczéma

Certains compléments alimentaires ont montré leur efficacité pour contribuer à améliorer les symptômes de l’eczéma, sans produire d’effets secondaires:

  • Les probiotiques. Il apparait, comme c’est la cas pour les maladies auto immunes et les allergies que maintenir un microbiote intestinal sain ou en réparer les déséquilibres aide à diminuer l’intensité de l'eczéma(4). L’idéal est, dans un premier temps, de repartir à zéro et de commencer par une cure de glutamine et de probiotiques contenant la souche Lactobacillus rhamnosus puis de faire régulièrement des cures de probiotiques en entretien.  
  • Les Omega-3. Il existe aujourd’hui quelques pistes(5) qui mettent en évidence le fait qu’une supplémentation en oméga-3 et notamment en DHA conduit à une amélioration significative de l’eczéma. On ne sait pas encore par quels mécanismes mais les résultats sont probants. Nos apports en cet acide gras essentiels étant souvent trop faibles, il est recommandé de faire des cures régulières.
  • La vitamine D. Les carences en vitamine D sont, on le sait, fréquentes chez dans les pays du Nord de l’Europe où l’exposition au soleil est faible et l’on découvre aujourd’hui de nombreux troubles où une carence est pointée du doigt. C’est le cas de l’eczéma pour lequel des études(6) ont pu montrer une nette amélioration des symptômes à la suite d’une supplémentation.

La lucite estivale

Très fréquente chez les femmes, la lucite estivale bénigne ou photodermatose est une réaction aussi inconfortable qu’inesthétique à l’exposition au soleil.

Elle se manifeste par des petits boutons et des plaques rouges accompagnés de démangeaisons survenant 12 à 72 heures après une exposition au soleil. Si elle épargne le visage, elle se localise sur le décolleté, les épaules, les bras et les jambes.

Sans gravité, elle n’en est pas moins gênante et est capable de vous pourrir les vacances.

Contre la lucite, la prévention est primordiale.

Il convient de:

  • Faire une cure de compléments alimentaires en commençant un mois avant l’exposition et en poursuivant pendant les vacances. Associez caroténoïdes (bêta-carotène, lycopène), antioxydants, vitamines C, E, sélénium et huiles de poissons riches en oméga-3. Tout ceci permet de préparer la peau aux agressions des UVA qui produisent des radicaux libres et ainsi de limiter les risques de réaction allergique. Une alimentation équilibrée, anti-oxydante et anti-inflammatoire est toujours la bienvenue pour limiter les risques de réaction.
  • S’exposer de manière progressive en évitant le créneau 12h-16h
  • Toujours utiliser une crème solaire à indice de protection élevé et à large spectre (anti-UVB et anti-UVA) et de renouveler l’application plusieurs fois dans la journée et immédiatement après s’être baigné et séché.

Quand la lucite est là, il faut absolument arrêter toute exposition au soleil et éventuellement, si la sensation de brûlure devient insupportable, votre médecin pourra, en dernier recours, vous prescrire des antihistaminiques ou des corticoïdes.

 

Notre peau est un organe précieux qu’il convient de bichonner en le nourrissant de manière adaptée et en se supplémentant, au besoin, de manière intelligente. Faute de quoi, les dégâts sont souvent irréparables.

 

Sources:
(1)Fabbrocini G, Bertona M, Picazo Ó, Pareja-Galeano H, Monfrecola G, Emanuele E. Supplementation with Lactobacillus rhamnosus SP1 normalises skin expression of genes implicated in insulin signalling and improves adult acne. Benef Microbes. 2016 Nov 30;7(5):625-630. Epub 2016 Sep 6.
(2)Riyanto P, Subchan P, Lelyana R. Advantage of soybean isoflavone as antiandrogen on acne vulgaris. Dermato-endocrinology. 2015;7(1):e1063751. doi:10.1080/19381980.2015.1063751.
(3)Lu, P. H., & Hsu, C. H. (2016). Does supplementation with green tea extract improve acne in post-adolescent women? A randomized, double-blind, and placebo-controlled clinical trial. Complementary therapies in medicine, 25, 159-163.
(4)K. Wickens, P. Black, T. V. Stanley, E. Mitchell, C. Barthow, P. Fitzharris, G. Purdie, J. Crane. A protective effect of Lactobacillus rhamnosus HN001 against eczema in the first 2 years of life persists to age 4 years. Clinical & Experimental Allergy, 2012 (42) 1071–1079.
(5) C. Koch, S. Dölle, M. Metzger, C. Rasche, H. Jungclas, R. Rühl, H. Renz, M. Worm, "Docosahexaenoic acid (DHA) supplementation in atopic eczema: a randomized, double-blind, controlled trial", British Journal of Dermatology Volume 158, Issue 4, Page 786-792
(6) Amestejani M, Salehi BS, Vasigh M, Sobhkhiz A, Karami M, Alinia H, Kamrava SK, Shamspour N, Ghalehbaghi B, Behzadi AH. Vitamin d supplementation in the treatment of atopic dermatitis: a clinical trial study. J Drugs Dermatol. 2012 Mar 1;11(3):327-30.
Scroll Top